Slowfood-scr-montreal

Qu’est-ce que le mouvement Slow Food ?

L’histoire commence en 1986, lorsque le fast food américain Mc Donald’s souhaite implanter une succursale sur la Piazza di Spana, un site historique de la ville de Rome. Comment ? Un fast food sur la terre du berceau de la grande cuisine européenne ?

 

L’Italie à la défense de l‘“oenogastronomie”

Inadmissible. Sacrilège. Maque ! Une tâche sur la carte postale de la ville de la dolce vita ! Che schifo !*

SF0043998 © Marco Del Comune
© Marco Del Comune

Le chroniqueur gastronome Carlo Petrini et ses confrères de la gastronomie italienne s’offusquent. Ils pourraient même le crier en gesticulant des mains et le jouer à la façon de Roberto Begnini, que tout l’Italie leur donneront raison.

 

Une réaction faite avec humour et intelligence

Le mouvement Slow Food est une protestation à la malbouffe et à ce que peut représenter le patrimoine culturel et gastronomique.

En 1989, Carlo Petrini et ses confrères rassemblent des artistes et intellectuels à la cause et le projet prend forme d’une organisation internationale à but non lucratif. Représentée par un escargot, symbole d’une solution alternative au fast food et au fast life, leur manifeste est né.

Aujourd’hui, l’organisation regroupe 150 pays, 100 000 membres et environ 1000 conviviums** dans le monde. Ces derniers sont des relais locaux dans lesquels les adhérents se rencontrent et établissent des liens avec les producteurs locaux, mènent des campagnes à la défense de la biodiversité alimentaire, organisent des dégustations, ateliers, expositions et développent l’éducation au goût dans les établissements scolaires.

“La cuisine doit être l’expression d’un pays”

Olivier Roellinger (Chef Relais & Châteaux)

 

Leur philosophie ? Lenteur, prudence et sagesse

Ainsi, en agissant dans les domaines de la production, de la promotion, de l’éducation et de la recherche, Slow Food devient un label de médiation culturel du patrimoine alimentaire.

SF0017080 © Oliviero Toscani
Pélardon affiné © Oliviero Toscani

Ils recensent les producteurs de qualités, explorent les conditions de production, expliquent l’origine des aliments, éveillent le goût du public à une nourriture de qualité. Ce mouvement veut s’assurer qu’il restera toujours une place pour les aliments de nature artisanale, pensant que l’environnement et le patrimoine alimentaire de l’humanité est mis en péril par l’industrie agro-alimentaire.

Slow Food estime qu’il faut ralentir la cadence. L’ère de l’industrialisation a écrasé notre savoir-faire, notre histoire. Il est temps de la réappropriation, de prendre conscience et d’agir avec bienveillance : prendre le temps de bien choisir ses aliments, de les connaître, de les cuisinier, de les savourer en bonne compagnie.

Slow Food développe le principe du “bon, propre et juste”.

 

Université des Sciences Gastronomiques

Slow Food a fondé à Bra, l’Université des Sciences de la Gastronomie en 2004, une institution d’enseignement supérieur reconnue par le Ministère de l’Éducation italien et par l’Union européenne. Ce centre de formation et de recherche vise à renouveler les méthodes d’agriculture, de protéger la biodiversité et de maintenir un lien entre la gastronomie et les sciences de l’agriculture.

Les étudiants venus de tout les continents suivent un cursus scientifique, culturel et historique, qui leur permet d’obtenir en cinq ans un diplôme en « Communication alimentaire et gastronomique », ou en « Gestion de la production et de la distribution alimentaires ». Ces diplômes visent les étudiants à devenir des producteurs, des spécialistes en marketing alimentaire, des journalistes, enseignants, professionnels du tourisme gastronomique, etc.

On y enseigne les aspects théoriques et pratiques de la gastronomie à travers la sociologie, l’anthropologie, l’économie, l’écologie, l’éco-agronomie, la politique, etc.

Je dois avouer que cela donne envie… je me vois bien ethnologue culinaire !

Pour en savoir plus sur l’université : www.unisg.it

 

Slow Food expose à l’Expo Universelle de Milan 2015

A noter que Slow Food sera présent à l’Expo Universelle de Milan, qui se tiendra du 1er mai au 31 octobre 2015 sur le thème “Nourrir la Planète, Energie pour la Vie” et proposera une exposition intitulée Découvrez la Biodiversité.(je fais référence ici à leur communiqué de presse sur le sujet)

Celle-ci consiste en un espace interactif où les visiteurs peuvent lire, regarder et jouer, la progression par étape leur permettant de saisir tout le sens de leur bataille pour sauvegarder la biodiversité.

  • L’installation l’Arbre de la Nourriture, par exemple, explique en quoi la nourriture est le produit de l’interaction de nombreux aspects différents : langage, culture, territoire, durabilité environnementale et sociale, cinq sens, convivialité et bien d’autres encore.
  • Une autre installation, l’Homme de Maïs, est consacrée à la plante la plus cultivée au monde. On y explore la nourriture industrielle qui utilise très fréquemment cette céréale, notamment en identifiant sur les étiquettes les noms derrière lesquels elle se cache, et on en apprend plus sur ses origines et les pays qui la cultivent actuellement.
  • Un énorme Sablier indiquera la vitesse, en constante accélération, à laquelle la biodiversité disparaît, et une série de photographies montrera les milliers de variétés de fruits, légumes, légumineuses, vaches, chèvres, brebis et autres races animales menacées d’extinction.

D’autres zones à l’intérieur de l’exposition parleront de l’histoire de l’agriculture, débattront « fast food » vs. nourriture issue des marchés, et compareront différent systèmes de production alimentaire.

Si le but est d’établir un système alimentaire qui regarde vers le futur et donc s’attelle à nourrir la planète de manière durable, dans le respect de l’environnement et des producteurs, alors nombreuses sont les raisons de se focaliser sur la préservation de la biodiversité.

Serena Milano, Secrétaire Général de la Fondation Slow Food pour la Biodiversité, déclare : « Depuis les années cinquante, la tâche de nourrir la population mondiale a été progressivement confiée aux monocultures et à l’agriculture industrielle, ainsi qu’à un nombre toujours plus limité de variétés végétales et races animales. Tout ceci a conduit à une standardisation des goûts, à la perte de nombreuses sources locales de nourriture, à la destruction de nombreux écosystèmes essentiels et à la concentration de notre alimentation principalement sur 3 céréales : le blé, le riz et le maïs. Sauver la biodiversité nous aidera à recréer l’équilibre des écosystèmes de la planète, besoin des plus urgents. Sans eux, la planète aura du mal à survivre et à nourrir la population mondiale dans le futur. La biodiversité est un des éléments de réponse aux nombreux problèmes du système alimentaire actuel et peut aider à garantir la souveraineté alimentaire, la sécurité alimentaire et une nourriture bonne, propre et juste pour tous. »

Pour en savoir plus sur le mouvement Slow Food en France : www.slowfood.fr

A suivre…

Je vous en dirai plus sur l’Expo Universelle 2015 si j’arrive à y aller, cette année l’événement est dédié à la nourriture et la biodiversité. En attendant, je vous invite également à suivre mes prochaines actualités car afin d’illustrer cet article, j’ai interviewé Richard Baussay, un des membres actifs du mouvement Slow Food et Chargé de la promotion Culinaire au Voyage à Nantes.

 

Crédits photos : © Kunal Chandra

*  “Che Schifo” signifie “quelle horreur” en italien
** “Convivium” est un mot latin qui signifie “festin, réception, banquet”

Je remercie Slow Food International pour la contribution des visuels et des informations. Je leur souhaite une grande avancé dans leurs actions futures. J’ai voulu parler d’eux car ce mouvement et ses membres contribuent à semer des graines pour un monde meilleur. 

Qu’en pensez-vous ? Et vous, que faites-vous pour contribuer à l’urgence de ralentir ?

Share
Danielle

About Danielle

Globe-trotter, curieuse, gourmande et blogueuse auto-didacte, je partage avec vous mes découvertes, ces idées pour un monde meilleur. Pour en savoir plus, visitez la rubrique "Le Colibri".

You May Also Like

2 comments on “Qu’est-ce que le mouvement Slow Food ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *